Soutien de Ludovic et Zoran Boukherma

En tant que parrains du cinéma Confluent d’Aiguillon, en tant que cinéastes et tout simplement en tant que citoyens, profondément attachés à la culture et aux libertés individuelles en général, nous tenons à apporter tout notre soutien aux acteurs du secteur – à tous ceux qui en vivent (exploitants, intermittents, artistes indépendants…) et dont l’épanouissement professionnel, financier, personnel, en dépend.

Et aussi à tous les autres – les spectateurs, les lecteurs, les cinéphiles.

Ceux qui se nourrissent de la culture. Car la culture qu’on partage tous, c’est notre humanité.

Si la crise du COVID est une épreuve pour nous tous, s’il est nécessaire de veiller les uns sur les autres, ça n’est pas en fermant les lieux où l’on s’évade qu’on arrangera les choses.

Des gens meurent du COVID, c’est vrai, mais d’autres meurent aussi de ne pouvoir exercer leur métier.

Le chômage, l’absence de perspectives d’avenir, l’isolement, tuent eux aussi.

À l’issue de la crise – quand le virus sera derrière nous et qu’il sera l’heure de faire les comptes – on ne peut s’empêcher de penser que la paupérisation d’une partie de la population fera davantage de dégâts que l’épidémie en elle-même.

En bref, on préfèrerait voir le gouvernement se contenter de prendre des mesures sanitaires ayant du sens (les gestes barrières, par exemple) plutôt que de le voir s’entêter à prendre des mesures politiques – par seul souci d’autorité – qui en plus de n’avoir aucun bénéfice sur notre santé, suscitent notre défiance et nous minent le moral.

 

Ludovic & Zoran Boukherma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *